Transport du vin : quelles précautions prendre ?

Les vins et les spiritueux sont des produits fragiles en raison de leur conditionnement dans des bouteilles en verre, mais aussi parce qu'ils sont sensibles aux conditions de stockage et de transport qui leur sont offertes. Les entreprises logistiques doivent donc faire preuve d'un véritable savoir-faire et d'une très bonne connaissance des spécificités liées au transport du vin. Transporter du vin est une spécialité à part entière, qui réclame de nombreuses précautions.

Quelles sont les exigences logistiques des vins et spiritueux et quelles sont les solutions pour y répondre ? Nous vous proposons un tour d'horizon de ce qu'il faut savoir pour offrir aux nectars issus de la vigne les meilleures conditions de voyage, permettant à chaque bouteille et à chaque carton d'arriver à destination avec une conservation optimale de sa qualité.

 

Transport du vin : quelles précautions prendre ?-1

La gestion de la température

Les professionnels du vin expriment tout leur talent et toute leur expertise pour cultiver la vigne et élaborer les meilleurs produits, dans le secret de leurs caves et de leurs cuves de maturation, de Bordeaux jusqu’en Champagne, en passant par toutes les régions de production du pays. Cette somme de travail ne doit pas être impactée par de mauvaises conditions d’expédition, de transport ou de stockage.

C’est pourquoi la filière logistique du vin est tenue de mettre en place des procédés et des solutions adéquates, à commencer par le contrôle et la régulation de la température à l’intérieur des différents véhicules de transport.

Une température régulée et stable

En qualité de produits vivants dont le goût peut évoluer (en bien ou en mal) jusqu’au moment de leur dégustation, les cartons de bouteilles de vin apprécient la stabilité et la fraîcheur d’une cave. En effet, dans une cave, la température peut monter et descendre au fil du temps et des saisons, mais jamais de façon soudaine ou brutale.

Ce sont donc les conditions de conservation que l’on retrouve dans une cave qu’il faut essayer de maintenir durant le transport de bouteilles de vin. Pour y parvenir, il est indispensable de disposer de véhicules permettant d’avoir une température régulée, idéalement comprise entre 12 et 16 °C, avec toujours l’idée d’éviter les hausses et les baisses rapides de température.

La saison et donc la température extérieure sont également des données à surveiller, en évitant si possible de mettre en place un transport de longue durée ou distance en période de canicule. En effet, en cas d’arrêt sur un parking en plein soleil, il y a fort à parier que le vin subisse un choc thermique, qui peut se ressentir au moment de le déguster, notamment si le vin est destiné à un sommelier au palais averti. En pareil cas, un stationnement à l’ombre ou en parking couvert est indispensable.

Inversement, le vin doit être protégé du gel, qui entraîne une prise de volume à l’intérieur des bouteilles et qui se traduit par l’éjection du bouchon et la perte d’un tiers de la quantité contenue dans la bouteille, surtout dans le cas du vin blanc. S’il s’agit de bouteilles avec un bouchon à vis, c’est la bouteille qui éclate et la perte est donc totale.

Le transport du vin sur les routes est donc une activité spécifique, qui nécessite une véritable formation pour éviter certaines erreurs qui peuvent nuire à la qualité de conservation des bouteilles. Ces erreurs pourraient également nuire à la qualité de service vis-à-vis des clients, qu’il s’agisse de :

  • cavistes ;
  • grandes surfaces ;
  • revendeurs spécialisés ;
  • restaurants ;
  • particuliers.

Les particularités du transport grande distance

Quand du vin doit effectuer un long voyage en conteneur, il est quasiment obligatoire de privilégier l’emploi de l’expédition en conteneurs climatisés, seul moyen de conserver une température stable et régulée.

Les conseils qui sont valables pour les particuliers, à savoir d’éviter d’acheter et de transporter du vin dans le coffre de leur voiture en plein été durant les vacances, sont donc les mêmes que ceux qui doivent régir le transport logistique des vins et spiritueux.

En fonction du trajet et des zones géographiques traversées durant le voyage, il reste donc conseillé de surveiller l’absence de période caniculaire ou de gel sur le parcours des bouteilles.

Transport du vin : quelles précautions prendre ?-2

La position des bouteilles durant le transport

Le conditionnement des bouteilles de vin et de spiritueux est effectué dans deux principaux types d’emballages : les cartons dans lesquels les bouteilles sont en position verticale et les caisses avec une position horizontale.

Si la position horizontale est conseillée pour le stockage du vin, dans une cave ou en entrepôt, il en est différemment pour le transport. Le stockage à la l’horizontale permet de maintenir du liquide en contact avec le bouchon, de façon à ce qu’il ne sèche pas, au risque de se rétracter et de favoriser l’oxydation prématurée du vin.

Or, par rapport à une cave, le vin est obligatoirement secoué pendant un transport, même lorsque l’on en prend le plus grand soin. De fait, s’il est couché à l’horizontale, le vin remue incessamment au niveau du bouchon, ce qui n’est pas souhaitable. Il faut donc privilégier la solution du transport à la verticale, bouchon vers le haut.

Quand les vins sont conditionnés à la verticale dans des cartons, il suffit donc de respecter le sens d’origine, indiqué par l’une des mentions suivantes : « transport this side up » ou « ce côté en haut » en français. Grâce à ces mentions, il est donc simple de positionner les bouteilles dans le bon sens, bouchon vers le haut.

Le transport de bouteilles de vin de Bordeaux et plus particulièrement les grands crus est plus complexe. En effet, à Bordeaux, le conditionnement est majoritairement effectué dans des caisses ou des cartons dans lesquels les bouteilles sont couchées à l’horizontale, comme dans un casier à bouteilles. De plus, il n’y a généralement aucune mention permettant de savoir de quel côté est le bouchon, sans avoir à ouvrir les caisses en bois ou les cartons.

Cette particularité rend donc les précautions d’usage plus complexes à appliquer. Quand la température est parfaitement régulée durant le transport et qu’il n’est pas trop long, il est possible de passer outre. Dans des cas extrêmes (trajet long et température non maitrisée), il s’avère indispensable d’ouvrir les cartons ou les caisses et de positionner les bouteilles à la verticale, ce qui demande du temps et une manutention soigneuse.

Des emballages adaptés et sécurisés

Outre la position dans laquelle les bouteilles sont en place, les emballages déterminent également le niveau de résistance aux coups et aux chocs. Il ne faut pas oublier que lorsqu’une bouteille se casse durant le transport, la bouteille est non seulement définitivement perdue, mais que son contenu vient également abimer les étiquettes de toutes les autres bouteilles du carton.

Idéalement, la meilleure solution est donc représentée par un carton à entreposage vertical, dans lequel les bouteilles sont protégées par une alvéole de carton, leur évitant de s’entrechoquer.

La somme des précautions à prendre pour transporter du vin est donc considérable, ce qui souligne l’intérêt de faire appel à un opérateur logistique proposant un service adapté et spécifique, pour traiter le vin et les spiritueux à la hauteur de leur fragilité et de leur qualité. De plus, en cas de transport international, un spécialiste sera plus efficace pour gérer les formalités douanières et légales liées au transport de boissons alcoolisées.

Nous vous recommandons ces autres pages :